Des doses de Spoutnik V «précommandées» pour la ville de Nice? «Je peux» le faire, assure Estrosi

libre info france

France

URL courte

En pleine guerre contre le Covid-19, Jean-Yves Le Drian a qualifié le Spoutnik V d’«outil de propagande» et Emmanuel Macron a parlé de «velléités de déstabilisation d’influence». Le maire de Nice a néanmoins confié sur BFM TV pouvoir «passer des commandes» du médicament russe pour monter en puissance la vaccination dans le département.

La France est toujours dépendante des livraisons de doses de vaccin contre le Covid-19, surtout compte tenu des retards pris par AstraZeneca et Pfizer à honorer leurs contrats. Tandis que Jean-Yves Le Drian affirme que le Spoutnik V est un «moyen de propagande» russe, le maire de Nice Christian Estrosi a pour une énième fois évoqué ce 30 mars sur le plateau de BFM TV et RMC qu’il aimerait y avoir recours afin de faire monter en puissance la campagne de vaccination contre le Covid-19 dans le département des Alpes-Maritimes.

«Sur le Pfizer, sur le Moderna, sur l’AstraZeneca, sur le Johnson & Johnson, ce sont des commandes européennes. Comme il n’y a aucune commande européenne sur le Spoutnik, ça veut dire que commercialement nous pourrions passer des commandes. La seule chose, c’est que je n’ai pas le droit de l’administrer, et qu’il faut que la Haute autorité de santé donne son feu vert. Mais je peux passer des commandes», a fait valoir Christian Estrosi.

Jean-Jacques Bourdin a demandé si le maire avait précommandé des vaccins Spoutnik V. «On peut le considérer comme tel», a répondu l’élu.

​Le Spoutnik V dans le collimateur du gouvernement français

Bien que 58 pays aient autorisé le Spoutnik V, dont la Hongrie, membre de l’UE, et que plusieurs entreprises à travers le monde aient conclu un accord de production sur leur territoire, son autorisation en France n’est pas d’actualité.

Sur RMC, la ministre déléguée en charge de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher a précisé ce 29 mars que «Spoutnik V a déposé tardivement son dossier» et qu’il serait examiné «aussi rapidement que possible mais rapidement, c’est deux mois». En outre, elle est «en contact avec leurs équipes pour trouver des endroits où développer des capacités de production».

Jean-Yves Le Drian, qui a proclamé début février sur Europe 1 que «les vaccins n’ont pas de nationalité», a pourtant qualifié le Spoutnik V d’«outil de propagande». «C’est plus un moyen de propagande et de diplomatie agressive, d’une certaine manière, qu’un moyen de solidarité et d’aide sanitaire», a-t-il estimé sur Franceinfo.

Après la publication de résultats positifs quant à son efficacité en février, le chef de l’État n’a pas fermé la porte à son utilisation en Europe comme en France, si une demande d’homologation était transmise à l’Agence européenne du médicament (EMA), et si cette dernière la validait.

«Ce n’est pas une décision politique mais scientifique», a précisé Emmanuel Macron.

Cependant, à l’issue d’un sommet européen, il a affirmé que le monde était «face à une guerre mondiale d’un nouveau genre» et «face notamment aux attaques et aux velléités de déstabilisation – russes, chinoises – d’influence par le vaccin».

Une sortie qui a provoqué une réaction du Kremlin: «Nous ne sommes absolument pas d’accord (avec les accusations) disant que la Russie et la Chine utilisent la pandémie de coronavirus et la problématique des vaccins comme des outils d’influence».

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.