Des dizaines de morts dans des combats après l'attaque de l'Etat islamique contre une prison – rapports

La Russie prédit la renaissance de l'État islamique et du "califat 2.0"

Des milliers de personnes ont dû fuir la ville syrienne où des milices dirigées par des Kurdes combattent des terroristes après une tentative d'évasion

La ville de Hasaka, dans le nord-est de la Syrie, a connu des affrontements à grande échelle entre des milices dirigées par des Kurdes soutenues par les États-Unis et des terroristes de l'État islamique (EI, anciennement ISIS) depuis jeudi soir.

Les terroristes avaient cherché à s'introduire dans une grande prison du sud de la ville, où des membres de l'EI figurent parmi les milliers de détenus, dont certains des dirigeants du groupe terroriste.

Terroriste "cellules dormantes" se sont infiltrés dans les zones environnantes avant de faire exploser une voiture piégée près du centre de détention, a rapporté Reuters, citant l'association lâche de milices dirigée par les Kurdes connue sous le nom de Forces démocratiques syriennes (SDF).

Des centaines de détenus auraient fui dans le chaos qui a suivi, mais beaucoup ont depuis été repris, selon les médias locaux. Certains détenus ont également été tués lors de la tentative d'évasion.

Les combats dans la ville se poursuivent depuis trois jours alors que les milices des FDS cherchent à extirper les terroristes toujours retranchés dans les zones environnantes. L'ampleur de la bataille a incité les forces américaines dans la région à soutenir les FDS par des frappes aériennes, a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby. confirmé le vendredi.

Les forces dirigées par les Kurdes ont déclaré samedi que des dizaines de terroristes de l'EI avaient été tués et que des munitions et du matériel avaient été saisis. Un certain nombre de médias ont également suggéré que des dizaines de combattants kurdes étaient également morts dans les affrontements.

Les combats ont provoqué un exode de civils hors de la ville, ont rapporté les médias syriens. Les familles déplacées ont été assistées par l'armée syrienne et le Croissant-Rouge, a indiqué dimanche l'agence de presse SANA, ajoutant que les gens continuent de fuir vers des zones sûres "en raison des affrontements et du chaos" dans les quartiers entourant la prison.

Les développements ont également incité Damas à accuser à la fois les terroristes de l'EI et les milices soutenues par les États-Unis de "commettre des massacres" contre les habitants et causant "destruction massive" de l'infrastructure locale.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a appelé les agences des Nations Unies, dont le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le Programme alimentaire mondial et l'UNICEF, à fournir "milliers" des personnes déplacées avec une aide humanitaire. Il a également exigé le retrait des forces américaines restées sur le sol syrien.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.