Des Américains arrêtés à Haïti racontent quelle était la vraie mission du commando dans la résidence présidentielle

libre info france

Des Américains arrêtés à Haïti après l’assassinat du Président Jovenel Moïse ont fait savoir que la mission ne consistait pas à le tuer, mais à l’arrêter, rapporte Le Nouvelliste.

Le juge Clément Noël participant à l’enquête sur l’assassinat du Président haïtien a confié au journal régional Le Nouvelliste que pendant un interrogatoire, deux Américains arrêtés à Haïti dans le cadre de l’affaire ont révélé le vrai but de la mission des mercenaires.

«Ils ont dit qu’ils étaient des traducteurs. La mission était d’arrêter le Président Jovenel Moïse dans le cadre de l’exécution d’un mandat d’un juge d’instruction, et non de le tuer», rapporte-t-il.

Les deux hommes arrêtés, James Solages et Joseph Vincent, sont américains d’origine haïtienne.

Interrogé sur le commanditaire de la mission, James Solages assure avoir «trouvé ce job sur Internet», ajoutant qu’il était à Haïti depuis un mois. Quant à Vincent Joseph, il est arrivé dans le pays il y a six mois.

«Les mercenaires étaient à Haïti depuis environ trois mois», précise James Solages, cité par Clément Noël.

Des armes à feu et un chéquier au nom du Président

Le magistrat indique qu’outre des armes, des liasses de dollars et des téléphones cellulaires, il y avait parmi les objets retrouvés par la police dans un véhicule utilisé par les assaillants le serveur de la caméra de surveillance de la résidence présidentielle et un chéquier BNC au nom de Monsieur et Madame Jovenel Moïse.

Le ministre de la Défense de Colombie, Diego Molano, a déclaré de son côté qu’au moins six assaillants soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat seraient «d’anciens membres de l’armée» colombienne.

Taïwan a annoncé pour sa part que 11 suspects recherchés dans le cadre de l’enquête avaient été interpellés par la police haïtienne sur le territoire de son ambassade à Port-au-Prince où ils avaient pénétré par effraction.

Attaque menée par 26 Colombiens et deux Américains

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi 8 juillet, le chef de la police Léon Charles a présenté 17 hommes aux journalistes, montrant des passeports colombiens, des fusils d’assaut, des machettes et des talkies-walkies.

«Des étrangers sont entrés dans notre pays pour tuer le Président. Il s’agit de 26 Colombiens et de deux Américains d’origine haïtienne», a-t-il annoncé, ajoutant que trois des assaillants avaient été tués lors de la fusillade mercredi et que huit autres étaient encore en fuite.

Le Président haïtien a été mortellement blessé lors de l’attaque de sa résidence par un commando de mercenaires dans la nuit de mardi à mercredi.

Martine Moïse dans un état stable

Contrairement à l’information sur la mort mercredi de son épouse, Martine, celle-ci est toujours en vie et son état est stable.

«La Première dame est hors de danger. Elle est soignée en Floride et, selon les informations que nous avons, sa situation est stable», a confirmé à la télévision le Premier ministre haïtien par intérim Claude Joseph.

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.