Des agents des forces de l'ordre décapités au Kazakhstan – médias

RT

Le nombre de morts parmi les forces de sécurité lors des troubles à Almaty aurait atteint 13

Au moins deux membres des forces de l'ordre ont été décapités lors de violentes manifestations dans la ville kazakhe d'Almaty, selon les médias locaux jeudi.

La nouvelle des incidents présumés a été diffusée par la chaîne de télévision publique de Nur-Sultan, Khabar 24, citant les autorités de la ville. Quelque 353 officiers auraient été blessés jusqu'à présent. Le nombre de morts parmi les membres de la police et des services de sécurité aurait atteint 13.

Il n'est pas encore clair si les émeutiers ont décapité les victimes de leur vivant ou mutilé leurs corps à titre posthume.

La chaîne a cité des responsables déclarant que les décapitations étaient « preuve directe de la nature terroriste et extrémiste des groupes émeutiers ».

L'agence de presse russe RIA a demandé aux autorités d'Almaty de commenter, des responsables ayant déclaré à ses journalistes qu'au moins deux corps avaient été retrouvés sans tête.

Des manifestations ont éclaté dans plusieurs régions du Kazakhstan cette semaine, les citoyens dénonçant initialement une forte augmentation du coût du gaz de pétrole liquéfié. Dans une tentative apparente de désamorcer la situation, le président Kassym-Jomart Tokayev a imposé un plafond sur les prix du carburant pendant six mois et a dissous son gouvernement. Cependant, les manifestations violentes se poursuivent sans relâche, l'ancienne capitale, Almaty, devenant le centre d'intérêt.

Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent des manifestants frappant des policiers, saisissant des armes à feu et des grenades, et prenant d'assaut et incendiant des bâtiments administratifs à travers la ville. Des pillards auraient également saccagé de nombreux magasins.

Des unités spéciales ont été déployées à Almaty mercredi soir, avec des informations faisant état de fusillades entre les forces de sécurité et des émeutiers armés. Les autorités affirment que des dizaines de citoyens armés ont été abattus par la police.

Le président a qualifié les émeutiers de "terroristes" et a affirmé qu'ils avaient été formés à l'étranger, avertissant les manifestants que les autorités ne toléreraient ni violence ni pillage. Il a demandé aux alliés de l'Organisation du traité de sécurité collective d'envoyer des soldats de la paix pour aider à stabiliser la situation. La Russie, qui fait partie du bloc, a déjà déployé des parachutistes pour garder les bureaux du gouvernement.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.