Département d'État : le projet de loi sur les sanctions du Sénat Nord Stream 2 portera atteinte à l'unité transatlantique contre la Russie

L'installation d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 dans le nord de l'Allemagne. (Photo de John Macdougall/AFP via Getty Images)

L'installation d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 dans le nord de l'Allemagne. (Photo de John Macdougall/AFP via Getty Images)

(CNSNews.com) – Un différend d'un an à Washington sur la meilleure façon de réagir à un gazoduc Russie-Allemagne qui a attiré une opposition bipartite au Congrès atteint son paroxysme, alors que le Sénat se prépare à voter sur de nouvelles sanctions projet de loi contesté par l'administration Biden.

L'administration soutient qu'elle s'oppose au gazoduc – "un projet géopolitique russe néfaste" – mais elle fait également valoir que sanctionner les principaux acteurs du projet – dont la société Nord Stream 2 AG détenue par le géant gazier russe Gazprom – va bouleverser l'Allemagne, un allié important.

Au lieu de cela, il a renoncé à ces sanctions pour des motifs « d'intérêt national » et est parvenu à une compréhension avec l'ancien gouvernement allemand Merkel l'été dernier, ce qui, selon lui, atténuerait les risques que le Kremlin utilise ses approvisionnements énergétiques comme une arme politique, en particulier contre l'Ukraine.

Cette approche a rendu furieux les opposants républicains à Nord Stream 2, et le sénateur Ted Cruz (R-Texas) a retenu pendant des mois les candidats diplomatiques et ambassadeurs dans le but de forcer l'administration à imposer des sanctions pleinement existantes mandatées par le Congrès contre le projet.

Le mois dernier, Cruz a conclu un accord avec la majorité démocrate, acceptant de lever ses emprises sur plusieurs dizaines de candidats en échange d'un vote au Sénat sur son nouveau projet de loi sur les sanctions avant le 14 janvier.

Le sénateur républicain du Texas Ted Cruz. (Photo d'Andrew Caballero-Reynolds/AFP via Getty Images)

Le sénateur républicain du Texas Ted Cruz. (Photo d'Andrew Caballero-Reynolds/AFP via Getty Images)

Jeudi, cependant, le département d'État a signalé son opposition au projet de loi Cruz, affirmant qu'il saperait un front uni américano-européen dans sa réponse à l'accumulation de troupes russes près des frontières de l'Ukraine.

"Notre préoccupation est que, si elle est adoptée, la législation ne servira qu'à saper l'unité entre nos alliés européens à un moment crucial où nous devons présenter un front unifié en réponse aux menaces russes contre l'Ukraine", a déclaré le porte-parole Ned Price lors d'un briefing.

« Il est essentiel d'assurer une unité transatlantique maximale pour faire face à la menace potentielle russe contre l'Ukraine », a-t-il déclaré. "La Russie interpréterait toute lumière du jour dans notre position, résultant des sanctions sur Nord Stream 2, comme une opportunité d'exploiter une fissure dans la relation transatlantique, et cette administration est déterminée à ne pas leur donner cela."

Le vote au Sénat devrait avoir lieu au cours d'une semaine de diplomatie renforcée entre la Russie et l'Occident concernant l'Ukraine et les préoccupations de sécurité européennes plus larges, avec trois séries de réunions prévues dans trois villes européennes.

Le projet Nord Stream 2 de 11 milliards de dollars est devenu étroitement lié aux tensions russo-ukrainiennes et plus larges russo-OTAN.

Malgré la suggestion de Price selon laquelle les sanctions américaines contre le gazoduc pourraient mettre à rude épreuve «les relations transatlantiques», le soutien à Nord Stream 2 est en fait loin d'être universel en Europe.

Anciens membres communistes en Europe centrale et orientale s'opposer au pipeline et le Parlement européen a, dans une large mesure, adopté à trois reprises des motions appelant à sa suppression, la dernière il y a un an. Les législateurs ukrainiens ont a exhorté le Congrès américain pour arrêter le projet.

D'autre part, l'Allemagne, l'Autriche et d'autres ont défendu Nord Stream 2 comme un élément crucial pour aider à répondre aux besoins énergétiques du continent, en particulier alors que les économies s'éloignent des sources de combustibles fossiles.

Les travaux sur le pipeline ont été suspendus pendant un an – en raison de la menace de sanctions en vertu de la législation promulguée par le président Trump – mais ils ont repris après l'élection présidentielle américaine de 2020. L'administration Biden a fait valoir que le projet était trop avancé pour s'arrêter, et sa décision en mai dernier de renoncer aux sanctions contre les principaux partis lui a permis de continuer.

Le gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne sous la mer Baltique est maintenant terminé, bien que le gaz ne puisse circuler tant que le régulateur fédéral allemand n'aura pas donné son feu vert.

Le secrétaire d'État Antony Blinken et la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock s'adressent à la presse mercredi au département d'État. (Photo de Mandel Ngan/ Pool/ AFP via Getty Images)

Le secrétaire d'État Antony Blinken et la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock s'adressent à la presse mercredi au département d'État. (Photo de Mandel Ngan/ Pool/ AFP via Getty Images)

Secrétaire d'État Antony Blinken dit le mois dernier qu'il était difficile de voir le pipeline devenir opérationnel si la Russie envahissait l'Ukraine – une remarque qu'il répété aux côtés de son homologue allemand cette semaine.

Mais le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé que des sanctions soient imposées à Nord Stream 2 à titre préventif, pour dissuader l'agression du président Vladimir Poutine, plutôt que seulement en cas d'invasion russe.

Le projet de loi Cruz imposerait des gels d'avoirs et des interdictions de voyager aux entités et individus de Nord Stream 2 dans les semaines suivant sa promulgation. Et si le président renonce aux mesures, la législation permet aux législateurs de voter pour les rétablir.

Le projet de loi aura besoin de 60 voix pour être adopté et certains démocrates clés, malgré leur opposition à Nord Stream 2, ont indiqué qu'ils ne supportera probablement pas une mesure opposée par l'administration démocrate.

Cruz a déclaré le mois dernier que si le projet de loi est adopté par le Sénat et la Chambre et se rend sur le bureau du président, il lèvera des retenues supplémentaires sur les candidats de l'administration.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.