DÉCHIRURE. "Je n'aime pas", le meilleur bouton de YouTube

YouTube masque le compteur "Je n'aime pas"

Par Dmitri Pauk, journaliste RT

La suppression par YouTube de son compteur « Je n'aime pas » fait partie de ses mouvements les plus sourds. Mais ce n'est pas vraiment surprenant, car après d'innombrables controverses, il est devenu clair que la plate-forme donne la priorité aux revenus publicitaires et cache la dissidence publique.

La récente décision de YouTube de supprimer les comptes d'aversion sur toutes ses vidéos semble être un autre indicateur que les critiques, les discussions et les commentaires deviennent lentement des choses du passé. Tout cela pour apaiser ceux qui ont besoin d'une conformité totale et se déclencher dans une frénésie hystérique chaque fois que quelqu'un n'est pas d'accord avec leur opinion, rejette leur récit ou signale des défauts dans leur pensée.

Le fait que les gens puissent exprimer librement leur dissidence dérange apparemment YouTube depuis un certain temps maintenant. Ils ont d'abord testé la suppression du décompte plus tôt cette année, mais ils ont maintenant pris leur décision finale. La suppression se fera progressivement, car les décomptes d'aversion commenceront à disparaître sous les vidéos. Le bouton sera toujours là, et il y aura toujours un nombre de « pouces levés », mais le public ne pourra pas voir le nombre de dégoûts. Les créateurs, en revanche, seront toujours autorisés à voir ces informations, s'ils le souhaitent.

Lire la suite

YouTube masque le compteur "Je n'aime pas"

Mais la fonctionnalité qui comptait le nombre de dégoûts était facilement l'une des plus utiles sur YouTube et la distinguait des autres sites de médias sociaux qui ne comportent que des compteurs "J'aime" et "Partager".

Si quoi que ce soit, il avait en fait la fonction pratique de gagner du temps. Avant de regarder un tas d'annonces pour accéder à une vidéo qui s'est avérée être un piège à clics, vous pouvez simplement vérifier le nombre d'aversions pour un avertissement précoce.

Et, avec le grand nombre de vidéos sur YouTube, dont une grande partie étant des didacticiels inutiles de 20 minutes avec de la musique assourdissante, des "bandes-annonces divulguées" et des téléchargements de "films complets" liés à des sites Web louches, le nombre d'aversions était une aubaine.

Cela a également permis aux utilisateurs d'évaluer la véracité d'un créateur de contenu. Si une vidéo avait un titre clickbaity tel que «la vérité sur…», le nombre de dégoûts révélait rapidement le fait que l'auteur en était plein.

Mais les vidéos non regardées signifient des publicités non regardées, et c'est une perte de revenus pour Google. Alors maintenant, les utilisateurs devront en fait tout parcourir ou lire les commentaires (s'ils sont même activés) avant de se rendre compte qu'ils ont perdu leur temps.

YouTube dit avoir supprimé l'affichage du nombre pour soi-disant "protéger les petites chaînes contre les attaques anti-aversion", mais, sérieusement, de qui se moquent-ils ? YouTube lui-même a personnellement tué plus de chaînes avec l'utilisation de son algorithme et de ses outils d'interdiction d'ombre que n'importe quel rapport d'aversion ne pourrait jamais le faire.

Et les seules personnes qui semblent être satisfaites de la suppression sont apparemment celles qui sont incapables de gérer AUCUNE sorte de débat ou de points de vue contradictoires. Mais la question est – si vous ne pouvez pas supporter la pression d'une icône pouce vers le bas, pourquoi publieriez-vous même quelque chose pour que le public puisse le voir en premier lieu ? Juste pour caresser votre ego ? Cela expliquerait au moins pourquoi ces personnes assimilent un bouton d'aversion à "intimidation et harcèlement."

Malgré quelques personnes applaudissant cette décision, la réponse écrasante à la décision a été extrêmement négative. Les utilisateurs et les créateurs supplient la plate-forme de revenir sur la décision. Mais, à la lumière des récentes controverses, il est devenu clair que YouTube ne se soucie pas vraiment de ses utilisateurs ou créateurs. Les plus grands bienfaiteurs de cette décision se révèlent être YouTube lui-même, qui détient toujours le record de la vidéo la plus détestée du site Web, avec son YouTube Rewind 2018 amassant 19 millions de détestations stupéfiantes.

Utilisant l'excuse bon marché de « protéger le petit gars », Youtube s'est efficacement protégé ainsi que ceux avec qui il côtoie de l'une des dernières représentations restantes de la désapprobation du public.

Parce que, qu'il s'agisse du dernier discours de Biden ou de la dernière publicité PSA d'une entreprise éveillée faisant la promotion d'une idéologie progressiste, ces vidéos se sont avérées être parmi les plus négatives de la plate-forme. Supprimer le compte de l'aversion dans ce contexte cache littéralement la dissidence de masse.

Et sans surprise, la réponse du public à la décision de Google semble être extrêmement négative, beaucoup la citant comme une autre raison pour laquelle ils ont hâte de quitter la plate-forme.

Alors que YouTube détient toujours essentiellement le monopole du partage de vidéos, il existe encore des plateformes montantes (DTube, Rumble, Odysee, etc.) qui pourraient potentiellement défier le géant de la technologie dans un avenir proche. Mais, malheureusement, ils ont encore un long chemin à parcourir, alors d'ici là, les utilisateurs n'auront qu'à lire les commentaires (ceux qui n'ont pas été supprimés) pour évaluer l'opinion du public sur une vidéo YouTube.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette colonne sont uniquement ceux de l'auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.