De longues heures de travail tuant 745000 personnes par an – Research

De longues heures de travail tuant 745000 personnes par an - Research

Une étude conjointe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Organisation internationale du travail (OIT) a révélé que des centaines de milliers de personnes dans le monde meurent chaque année du fait de longues heures de travail.

L'OMS et l'OIT ont estimé qu'il y avait eu 745 000 décès par accident vasculaire cérébral et cardiopathie ischémique en 2016, soit une augmentation de 29% depuis 2000. Dans le monde en 2016, 488 millions de personnes étaient exposées à de longues heures de travail (plus de 55 heures par semaine).

Selon le recherche, 398 000 personnes sont décédées d'un accident vasculaire cérébral et 347 000 d'une maladie cardiaque en 2016 après avoir travaillé au moins 55 heures par semaine. Entre 2000 et 2016, le nombre de décès dus à une maladie cardiaque due à de longues heures de travail a augmenté de 42% et d'un accident vasculaire cérébral de 19%.

«La plupart des décès enregistrés concernaient des personnes décédées âgées de 60 à 79 ans, qui avaient travaillé 55 heures ou plus par semaine entre 45 et 74 ans», dit le rapport.

Il a conclu que travailler 55 heures ou plus par semaine était associé à un risque estimé d'accident vasculaire cérébral de 35% plus élevé et à un risque 17% plus élevé de mourir d'une cardiopathie ischémique, par rapport au travail de 35 à 40 heures par semaine.

L'étude n'a pas couvert la période de la pandémie de coronavirus, mais selon le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, la pandémie «A considérablement changé la façon dont de nombreuses personnes travaillent.»

«Le télétravail est devenu la norme dans de nombreuses industries, brouillant souvent les frontières entre la maison et le travail. En outre, de nombreuses entreprises ont été contraintes de réduire ou de fermer leurs activités pour économiser de l'argent, et les personnes qui sont toujours payées finissent par travailler plus longtemps ». il a dit.

«Aucun emploi ne vaut le risque d'accident vasculaire cérébral ou de maladie cardiaque. Les gouvernements, les employeurs et les travailleurs doivent travailler ensemble pour convenir de limites visant à protéger la santé des travailleurs ». Ajouta Adhanom Ghebreyesus.

Pour plus d'histoires sur l'économie et la finance, visitez Section affaires de RT

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.