«Crimes contre l’humanité et génocide»: aucune réunion ne pourrait changer la position de Biden sur la Chine, déclare Psaki

TOPSHOT - La délégation chinoise conduite par Yang Jiechi (C), directeur du bureau de la Commission centrale des affaires étrangères et Wang Yi (2e L), ministre chinois des Affaires étrangères, s'entretient avec leurs homologues américains lors de la séance d'ouverture des pourparlers américano-chinois au Capitaine Cook Hotel à Anchorage, Alaska, le 18 mars 2021. - Les actions de la Chine

La position du président Joe Biden sur la Chine est gravée dans le marbre tant que le pays communiste continuera son «génocide» contre les musulmans ouïghours au Xinjiang et d’autres violations des droits de l’homme, a déclaré lundi la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki.

Le secrétaire d'État Tony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan rencontré leurs homologues chinois à Anchorage, en Alaska, pour une réunion de deux jours la semaine dernière. Biden a poursuivi la réunion avec de nouvelles sanctions contre les responsables du Parti communiste chinois (PCC) au Xinjiang, où l'administration affirme que la Chine est en train de commettre un génocide contre les musulmans ouïghours. Psaki a déclaré que Biden et les alliés des États-Unis sont attachés à la position anti-PCC, affirmant qu'ils ont de «graves préoccupations» concernant les «crimes contre l'humanité et le génocide de la Chine». (CONNEXES: Le président Biden lance une équipe spéciale du Pentagone pour contrer la Chine)

«C’était une réaction à ce que nous estimions être de graves violations des droits de l’homme, et évidemment les Européens l’ont également ressentie contre les membres des groupes ethniques et religieux minoritaires du Xinjiang», a déclaré Psaki lors d’une conférence de presse lundi. "Aucune réunion ne changerait nos préoccupations à ce sujet."

TOPSHOT – La délégation chinoise conduite par Yang Jiechi (C), directeur du bureau de la Commission centrale des affaires étrangères et Wang Yi (2e L), ministre chinois des Affaires étrangères, s'entretient avec leurs homologues américains lors de la séance d'ouverture des pourparlers américano-chinois au Capitaine Cook Hotel à Anchorage, Alaska, le 18 mars 2021. (FREDERIC J. BROWN / POOL / AFP via Getty Images)

Le Royaume-Uni, le Canada et l'Union européenne se sont joints aux sanctions de Biden lundi contre deux hauts responsables du PCC au Xinjiang. C'est la première fois que l'UE. a imposé des sanctions contre la Chine dans plus de 30 ans.

«Ces désignations incluent Wang Junzheng, secrétaire du Comité du Parti du Corps de production et de construction du Xinjiang (XPCC), et Chen Mingguo, directeur du Bureau de la sécurité publique du Xinjiang (XPSB)», a écrit l'administration dans un communiqué accompagnant l'annonce officielle. . «En raison de leurs rôles au sein du XPCC et du XPSB, respectivement, Wang Junzheng (Wang) et Chen Mingguo (Chen) sont liés à de graves violations des droits de l'homme contre des minorités ethniques dans le Xinjiang, qui comprendrait des détentions arbitraires et des sévices physiques graves, entre autres les violations des droits humains visant les Ouïghours, une population musulmane turque originaire du Xinjiang et d'autres minorités ethniques de la région. »

Les responsables chinois ont fait valoir que ses violations des droits de l'homme au Xinjiang ainsi que sa destruction de la démocratie à Hong Kong étaient des «affaires intérieures». La Chine a également promis des représailles si les États-Unis et leurs alliés continuent de soulever la question.

«La Chine est fermement opposée à l’ingérence américaine dans les affaires intérieures de la Chine», a déclaré le directeur de la Commission des affaires étrangères de la Chine, Yang Jiechi, lors de la réunion en Alaska. «Nous avons exprimé notre ferme opposition à une telle ingérence et nous prendrons des mesures fermes en réponse.»

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.