Covid Lockdown UK: Matt Hancock NE PEUT PAS garantir que les lois ne seront plus prorogées à l'automne

M. Hancock a déclaré à la chambre rétive qu'il `` ne pouvait pas répondre '' si la loi sur le coronavirus serait retirée dans six mois ou maintenue.

Matt Hancock a admis aujourd'hui qu'il ne pouvait pas exclure d'essayer de renouveler à nouveau les lois controversées de Covid à l'automne – alors que les députés d'arrière-ban conservateurs furieux exigeaient que des mesures «  draconiennes '' soient supprimées «  le plus tôt possible ''.

Les députés voteront cet après-midi sur les plans d'extension des pouvoirs d'urgence jusqu'à la fin du mois de septembre, malgré le verrouillage qui se termine officiellement en juin.

Et pour lancer le débat à la Chambre des communes, le secrétaire à la Santé n'a pas été en mesure de garantir que c'était la dernière fois qu'on leur demanderait de transférer les pouvoirs, qui sont en grande partie sans précédent en temps de paix.

Jusqu'à 60 sceptiques conservateurs du lock-out prévoient de voter contre le gouvernement, mais la rébellion est presque certaine d'échouer avec la planification des travaillistes pour soutenir la loi – qui ne peut être prolongée que de six mois à la fois.

M. Hancock a déclaré à la chambre rétive qu'il «  ne pouvait pas répondre '' si la loi sur le coronavirus serait retirée dans six mois ou reportée, alors qu'il ouvrait le débat cet après-midi.

«  Il y a des parties de cette loi qui nous ont permis de faire de bonnes choses que tout le monde aimerait voir comme ça, et donc quand nous viendrons à retirer cette loi, que nous devons dans un an et de préférence dans les six mois, nous aurons besoin pour nous assurer que nous pouvons continuer à faire ce genre de chose et faire en sorte que les infirmières puissent être inscrites aussi facilement que possible dans le NHS », a-t-il déclaré.

«Mais je ne peux pas vous dire si nous le retirerons dans six mois. Ma préférence serait oui, mais étant donné l'année dernière, je pense qu'une prédiction serait précipitée.

Il est intervenu alors que les derniers chiffres montraient que les cas de Covid avaient augmenté de 1,5% pour s'établir à 6 397, mais que les décès avaient chuté de 33% à 63, semaine après semaine.

Cela a suscité une réaction furieuse de la part des députés d'arrière-ban conservateurs. Le député théâtral de Broxbourne, Sir Charles Walker, a déclaré à la Chambre des communes: «  Aussi sûr que les œufs sont des œufs, nous serons de retour ici dans six mois à la fin du mois de septembre, étant invités à renouveler à nouveau cette législation. C'est inévitable et quiconque pense que ce n'est pas inévitable se trompe.

Il est venu après Boris Johnson plus tôt défendu le rythme du verrouillage face à la rébellion.

Lors d'une visite dans une école de Greenford, au nord-ouest de Londres, ce matin, il a déclaré: «  Le libertaire en moi essaie également de protéger le droit fondamental des gens à la vie et leur capacité à vivre leur vie normalement et le seul moyen de vraiment restaurer cela pour tout le monde est pour nous de vaincre la maladie, et le meilleur chemin vers la liberté est de suivre la feuille de route prudente mais irréversible que nous avons établie – c'est ce que veut l'amant de la liberté », a-t-il déclaré.

Mais le leader du Covid Recovery Group, Mark Harper, qui estime que les plans visant à alléger le verrouillage «  pourraient aller plus vite en toute sécurité '', a déclaré que les dispositions de la loi sur le coronavirus devraient être expirées «  le plus tôt possible ''.

M. Hancock a déclaré à la chambre rétive qu'il `` ne pouvait pas répondre '' si la loi sur le coronavirus serait retirée dans six mois ou maintenue.

M. Hancock a déclaré à la chambre rétive qu'il «  ne pouvait pas répondre '' si la loi sur le coronavirus serait retirée dans six mois ou maintenue.

Boris Johnson (photographié ce matin) fera face à la colère de ses propres députés d'arrière-ban sceptiques aujourd'hui alors qu'il pousse à travers une extension des lois de verrouillage jusqu'à l'automne.

Sir Charles Walker a déclaré à la Chambre des communes: `` Aussi sûr que les œufs sont des œufs, nous serons de retour ici dans six mois à la fin du mois de septembre, étant invités à renouveler à nouveau cette législation. ''

Sir Charles Walker a déclaré à la Chambre des communes: «  Aussi sûr que les œufs sont des œufs, nous serons de retour ici dans six mois à la fin du mois de septembre, étant invités à renouveler à nouveau cette législation. ''

Le chef du CRG, Mark Harper, qui estime que les plans visant à alléger le verrouillage `` pourraient aller plus vite en toute sécurité '', a déclaré que les dispositions de la loi sur le coronavirus devraient être expirées `` le plus tôt possible ''

Le chef du CRG, Mark Harper, qui estime que les plans visant à alléger le verrouillage «  pourraient aller plus vite en toute sécurité '', a déclaré que les dispositions de la loi sur le coronavirus devraient être expirées «  le plus tôt possible ''

Boris Johnson admet que les passeports vaccinaux «  pourraient avoir un rôle ''

Boris Johnson a admis que les passeports vaccinaux «  pourraient avoir un rôle à jouer '', mais pas tant que «  tout le monde '' ne se verra pas offrir un coup.

Le Premier ministre a déclaré que le résultat de l'examen des certificats de santé relatifs aux coronavirus peut être attendu d'ici le 12 avril, bien qu'il ne soit peut-être pas possible de les déployer tant que tout le monde n'aura pas reçu une dose.

Il a ajouté que cela devait être fait avec soin car certaines personnes ont des raisons médicales de ne pas pouvoir se faire piéger et qu'il y a des «complexités morales» et des «problèmes éthiques».

Les propriétaires et les brasseurs se sont révoltés aujourd'hui contre les projets de passeports vaccinaux pour les pubs après qu'il a été révélé que les lieux d'accueil pourraient être autorisés à interdire les clients qui ne peuvent pas prouver qu'ils ont eu un coup Covid ou un test négatif.

M. Johnson avait déclaré hier que les propriétaires des députés pourraient être autorisés à imposer des conditions d'entrée strictes aux buveurs – et des sources gouvernementales ont confirmé que cela faisait partie d'un examen officiel des passeports vaccinaux.

Lors de sa visite à la garderie Monkey Puzzle Day à Greenford, dans l'ouest de Londres, aujourd'hui, M. Johnson a déclaré à Sky News: «  De toute évidence, nous examinons les problèmes soulevés par la certification de vaccination – que pouvez-vous faire?

«Maintenant, dans l'aviation, il est clair que de nombreux pays envisagent d'utiliser une sorte de passeport vaccinal, et je pense qu'il y a trois éléments de base.

«  Il y a le vaccin, il y a votre immunité que vous pourriez avoir après avoir eu Covid, et puis il y a les tests. Il y a donc trois choses qui pourraient fonctionner ensemble.

«Aucune décision n'a été prise du tout. Une chose que je vais préciser, c'est que rien de tout cela ne s'appliquera de toute évidence le 12 avril, alors que tout sera de toute façon à l'extérieur. Donc, quoi qu'il arrive le 12 avril ne sera pas affecté.

«Toutes sortes de choses sont envisagées. Ce que nous voulons faire, c'est déployer le programme de vaccination et voir ce que cela crée en termes de résistance générale au virus. Et je pense qu'il y aura un rôle pour la certification.

«Ce que nous avons dit, c'est que nous rendrons compte des travaux du groupe de certification début avril, soit le 5 avril, soit le 12 avril.

Les patrons de l'industrie à travers la Grande-Bretagne ont déclaré que l'idée de pubs était «  absurde '' et «  irréalisable '' et ont signalé qu'ils ne demanderaient pas aux clients la preuve qu'ils avaient été vaccinés ou étaient exempts de coronavirus.

«  Les parties controversées, les pouvoirs de la police pour détenir des personnes potentiellement infectieuses qui ont (été) utilisées illégalement à un certain nombre d'occasions … ceux-ci sont censés être des pouvoirs à long terme – et il vient également de suggérer que ces dispositions pourraient être annulées. avance de six mois supplémentaires », a-t-il déclaré.

«C'est pourquoi tant d'entre nous sont inquiets. Ce sont des dispositions extraordinaires, pas pour des temps normaux, et elles devraient être expirées le plus tôt possible.

Le secrétaire à la Santé, Matt Hancock, qui a ouvert le débat, a répondu: "Je suis en fait d'accord avec (M. Harper) qu'ils devraient être expirés le plus tôt possible."

M. Hancock a ajouté que s'il y a «de nouvelles variantes que nous devons absolument cerner», alors «il est important d'avoir ces interventions très ciblées pour le moment».

Il a poursuivi: «  Et je sais que nous ne sommes pas d'accord sur ce point, mais je suggérerais qu'en votant contre tous ces renouvellements, il y a tout un tas de choses précieuses sur lesquelles lui et moi serions en fait d'accord et qui ne seraient pas renouvelées si c'était le cas. traverser.'

En plus, 98 décès et 5 605 cas de Covid ont été signalés:

  • Le Royaume-Uni et la Commission européenne ont déclaré avoir travaillé ensemble pour améliorer leurs relations au cours de la pandémie;
  • La déclaration conjointe est intervenue après que Bruxelles a publié les détails d'un plan visant à restreindre les exportations de jab vers la Grande-Bretagne;
  • Angela Merkel s'est excusée auprès des Allemands après avoir annulé un verrouillage de Pâques annoncé seulement 24 heures plus tôt;
  • Le meilleur médecin d'Angleterre a appelé les plus de 50 ans à réserver un coup alors qu'ils pouvaient encore en avoir accès;
  • L'Inde a déclaré qu'elle bloquait toutes les principales exportations du vaccin AstraZeneca;
  • M. Johnson a averti que des mesures frontalières plus strictes pourraient être introduites «très prochainement» pour les arrivées de France;
  • Les députés sont prêts à voter sur l'extension des pouvoirs d'urgence en matière de coronavirus pendant plusieurs mois;
  • Sept patients sur dix sous Covid souffrent encore de symptômes débilitants cinq mois après leur sortie de l'hôpital.

Ouvrant le débat sur la réglementation des coronavirus, M. Hancock a ajouté: «  Aujourd'hui, nous débattons de notre feuille de route vers le rétablissement et de ce qui est légalement nécessaire pour emprunter la voie prudente mais irréversible de cette pandémie.

«  Nous proposons de supprimer certains des pouvoirs d'urgence que la Chambre a mis en place il y a un an et de définir les étapes de la feuille de route que le Premier ministre a inscrite dans la loi, remplaçant le verrouillage national existant. ''

Il a poursuivi: "Le succès de ce programme de vaccination signifie que nous sommes désormais en mesure de remplacer soigneusement la protection à court terme des restrictions que nous avons tous endurées par la protection à long terme fournie par le vaccin."

La législation sur les restrictions au cours des prochains mois, alors que le gouvernement établira sa feuille de route pour sortir du lock-out, verra certaines restrictions rester en place en Angleterre jusqu'au 21 juin au moins.

Il y a aussi des points d'interrogation sur les vacances d'été qui ont lieu après cette date, au milieu d'une troisième vague d'infections à Covid en Europe continentale.

Boris Johnson avait auparavant défendu le rythme du verrouillage face à la rébellion, lors d'une visite dans une école de Greenford, au nord-ouest de Londres, ce matin.

Boris Johnson avait auparavant défendu le rythme du verrouillage face à la rébellion, lors d'une visite dans une école de Greenford, au nord-ouest de Londres, ce matin.

Les cas de coronavirus ont augmenté dans un TROISIÈME des 150 conseils d'Angleterre la semaine dernière

Les épidémies de coronavirus ont augmenté dans un tiers des autorités locales en Angleterre la semaine dernière – mais cette augmentation n'a été motivée que par un énorme blitz de tests d'écoliers en raison de la réouverture des salles de classe.

Selon le dernier rapport de surveillance de Public Health England, 56 des 149 communes ont connu une augmentation du nombre de cas au cours de la semaine précédant le 21 mars.

Mais lorsque les chiffres ont été ventilés par âge, ils ont montré que les infections n'ont augmenté que d'une semaine sur l'autre chez les enfants de cinq à neuf ans, de plus de la moitié, et de 10 à 19 ans, d'un quart.

Les cas ont chuté dans tous les autres groupes d'âge et sont maintenant à leur plus bas niveau depuis août chez les plus de 70 ans – qui sont les plus exposés au virus. Tout le monde dans le groupe s'est vu proposer au moins une dose du vaccin Covid.

Dans le cadre du plan de verrouillage ultra-prudent de Boris Johnson, les écoles ont été rouvertes à tous les élèves le 8 mars. Mais les enfants et les enseignants ont été invités à se tamponner pour le virus deux fois par semaine, provoquant une augmentation inévitable des cas.

Les experts affirment que ce doublement du nombre de tests effectués quotidiennement – à environ 1,1 million toutes les 24 heures – est à l'origine de la hausse des taux d'infection, ajoutant que si ces tests n'avaient pas été effectués, beaucoup de ces infections n'auraient pas été signalées.

Le Dr Yvonne Doyle, directeur médical de PHE, a averti que les cas semblaient avoir «plafonné» dans la plupart des régions du pays et augmentaient dans les groupes d'âge plus jeunes. Elle a ajouté: «  Nous ne devons pas baisser la garde maintenant après tant d'efforts de la part de tant de personnes. Nous n'avons qu'à nous tourner vers l'Europe pour voir à quel point il est facile que les choses empirent. »

Sir Jeremy Farrar, l'un des principaux conseillers du SAGE, a averti aujourd'hui qu'il semblait que «  la transmission commençait à peine à s'accélérer '' à travers l'Angleterre parce que les écoles avaient rouvert. Mais le chef de Wellcome Trust a déclaré que la plus grande menace venait de l'étranger, au milieu d'une troisième vague en spirale en Europe et de la propagation croissante de variantes dangereuses – y compris la souche sud-africaine – qui rendent les vaccins moins efficaces.

Le haut conservateur Sir Graham Brady a exhorté les députés à voter contre le renouvellement de la réglementation sur les coronavirus et à «  faire confiance au peuple britannique et à lui rendre ses droits ''.

Sir Graham, président du comité de 1922 des députés conservateurs d'arrière-ban, a déclaré à la Chambre des communes: "Le danger dans ce qui est proposé aujourd'hui est que nous risquons de normaliser une réponse politique extrême."

Il a poursuivi: «Le gouvernement a-t-il le droit de dire aux gens s'ils peuvent voir leurs enfants ou leurs petits-enfants, s'ils peuvent commencer une relation avec quelqu'un? Ma réponse est un non catégorique.

«  Mais même ceux qui sont moins certains devraient réfléchir à savoir si ce contrôle extrême sur le droit des gens à la vie de famille, les relations intimes des gens, la liberté d'association, si le gouvernement peut faire ces choses brièvement en cas d'urgence ou pendant plus d'un an. ''

Sir Graham a ajouté: «Le danger est que le gouvernement commence à croire que ces libertés civiles fondamentales appartiennent aux ministres pour nous les accorder ou les refuser.

«Ils ne le font pas, ils appartiennent de droit aux citoyens britanniques. C'est cette habitude de contrôle qui conduit à des règles coercitives qui n'ont aucun sens en elles.

L'ancien ministre conservateur Jeremy Wright a déclaré que les étapes trois et quatre de la feuille de route du gouvernement devraient être fusionnées, avec «  presque toutes '' les restrictions levées d'ici mai.

Il a déclaré à la Chambre des communes: «  Maintenant, je ne pense pas que nous devrions supprimer toutes les restrictions dans les 21 prochains jours et je voterai en conséquence, mais je pense que nous devrions combiner les étapes trois et quatre de la feuille de route du gouvernement et supprimer presque toutes les restrictions. en mai.

«Une approche entièrement de précaution n'est tout simplement pas faisable ici. Nous savons que Covid sera avec nous pendant un certain temps, peut-être indéfiniment, et nous ne pouvons pas répondre à cela avec des restrictions indéfinies, pas plus que nous ne le ferions ou ne le ferions en réponse au risque d'autres maladies.

«  Ainsi, bien que je soutienne une grande partie de ce que le gouvernement a fait et fait en réponse à la pandémie, je ne peux pas soutenir le maintien des restrictions dommageables plus longtemps que je ne le considère nécessaire, ce qui, je le crains, est inférieur à ce que le gouvernement propose dans ces règlements.'

«Les pouvoirs draconiens de la police en vertu de l'annexe 21, qui ont un dossier de poursuites illégales à 100%, doivent être considérés pour le moins comme« redondants ».

«Je cherche à déposer demain un amendement à la motion demandant aux ministres de suspendre ces pouvoirs.

"J'espère maintenant que le gouvernement pourra le soutenir."

La Grande-Bretagne pourrait être touchée par une «  vague de sortie '' des affaires Covid

La Grande-Bretagne pourrait être frappée par une «  vague de sortie '' de Covid lorsque le verrouillage est levé, mais il est peu probable que cela entraîne une hausse incontrôlable des admissions à l'hôpital ou des décès, ont insisté les experts aujourd'hui malgré les prédictions d'un modèle SAGE publié la semaine dernière.

Les scientifiques ont déclaré à MailOnline que s'il n'y avait «  aucun doute que les infections augmenteront '' lorsque les pubs et les restaurants rouvriront et que les gens recommenceront à se mélanger, les vaccins avaient «  résolu le problème des maladies graves ''.

Ils ont déclaré qu'en plus de l'effet jab, les mois chauds d'été freineraient également la transmission et empêcheraient d'énormes pics de se répandre sur le petit nombre de personnes vulnérables qui n'ont pas été piégées ou pour lesquelles les vaccins ne fonctionnent pas.

Les commentaires sont venus après une modélisation sombre des scientifiques du gouvernement suggérant la semaine dernière qu'il pourrait y avoir un pic final de plus de 1000 décès par jour plus tard dans l'année, même avec le programme de vaccination qui avance.

Les chercheurs de l'Université de Warwick, qui ont fait la projection, ont affirmé que la variante de Kent la plus infectieuse continuerait de se propager en grand nombre lorsque les verrouillages seraient allégés, ce qui constituerait une menace constante pour les personnes âgées et malades – même avec des vaccins qui réduisent la transmission de 60%, car le Pfizer et AstraZeneca jabs font.

La Grande-Bretagne a vacciné environ 54% de tous les adultes – près de 28,7 millions de personnes. Mais seulement 5% des personnes – 2,5 millions – ont eu les deux coups depuis le début du programme de masse en décembre dernier.

Ce n’est pas loin derrière le niveau de vaccination d’Israël lors de la réouverture de l’économie au début du mois. Il avait donné à 52% des 9,3 millions d'habitants du pays leur première dose. Dans le même temps, 40% avaient reçu leur injection de rappel.

L'équipe de modélisation de Warwick, qui alimente le Groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE), a depuis admis que ses estimations étaient trop pessimistes et sous-estimaient l'efficacité des piqûres pour prévenir l'hospitalisation et la mort.

Réagissant à leurs découvertes, le professeur Keith Neal, épidémiologiste à l'Université de Nottingham, a déclaré à MailOnline: «  Ce modèle est tellement faux et il vous montre simplement ce qui ne va pas avec les modèles en général. ''

L'ancien ministre conservateur Sir Desmond Swayne a averti que le renouvellement des pouvoirs d'urgence contre les coronavirus pourrait conduire à un «  contrôle social total ''.

Le député de New Forest West a déclaré à la Chambre des communes: «  Maintenant, ceux d'entre nous qui peuvent repérer la trajectoire auront vu hier qu'après des mois de refus, maintenant en effet, vous devrez fournir votre vaccination de bonne foi lorsque vous vous rendrez à le bar.

Et ces gens qui sont teetotal imaginant qu'ils pourraient être épargnés par cette intrusion et cet inconvénient peuvent rêver, car sans aucun doute cela s'étendra aux restaurants, aux théâtres, aux lieux de sport et ainsi procédera à un contrôle social total.

«Les ministres ont-ils déjà pensé qu'ils pourraient en fait encourager les vaccinations? Carotte, pas de bâton. Sans aucun doute non, car ils ne peuvent pas se débarrasser de cette habitude, ils sont mariés au bâton.

«Que les membres du Parlement ne se tordent donc pas les mains qui votent pour une législation oppressive et qui se lamentent d'indignation lorsque la police l'applique.

«Ainsi, lorsque des familles se verront infliger des amendes de plusieurs milliers de livres pour rester ensemble à Pâques, nous saurons que c'est parce que cette Assemblée l'a voulu.

"Donc, ces gens, ces honorables députés qui souhaitent que ces mesures soient adoptées ce soir devraient réfléchir clairement à ce qu'ils souhaitent exactement."

Pauline Latham (Mid Derbyshire) s'est dite préoccupée par le fait que le gouvernement «  déplace les objectifs '' lorsqu'il s'agit de lever les restrictions.

Mme Latham a déclaré à la Chambre des communes: «  Cette pandémie a connu des succès remarquables, mais il y a eu des erreurs et je pense que nous avons déplacé les objectifs. Je pense qu'ils ont commencé à Wembley et ils sont maintenant presque à Derby County – et je suis extrêmement inquiet que si nous ne faisons pas attention, ils seront en Écosse.

Son collègue conservateur Chris Green (Bolton West) a ajouté: «  Je me demande simplement si les Championnats d'Europe de football qui auront lieu plus tard cette année, et l'offre du Premier ministre de les organiser au Royaume-Uni, seront réellement utilisés dans un sens comme une vitrine. des certificats de certification Covid pour montrer leur efficacité.

Et est-ce la raison pour laquelle le calendrier 22 a été maintenu – pour ce contrôle des personnes dans ce genre d'événements? Et sera-t-il alors limité à ces événements ou pourrait-il être élargi encore – pubs bien sûr, restaurants, mais pourrait-il inclure les transports en commun, les lieux de travail ou les lieux d'enseignement.

"Nous devons avoir ces préoccupations, je ne suis pas sûr que ce débat ait encore eu lieu et je ne suis pas sûr que ces préoccupations aient été définitivement écartées."

Les données gouvernementales jusqu'au 23 mars montrent que 28 653 523 personnes ont reçu une première dose de vaccin, soit une augmentation de 325 650 la veille.

98 autres personnes sont décédées dans les 28 jours après avoir été testées positives pour Covid-19 mercredi, portant le total de cette mesure à 126 382.

Mercredi à 9 heures du matin, il y avait eu 5 605 autres cas confirmés en laboratoire au Royaume-Uni, portant le total à 4 312 908.

Sir Jeremy Farrar a déclaré qu'il pensait qu'il était probable que l'interdiction des voyages internationaux devra se poursuivre.

Le directeur de Wellcome Trust a déclaré: "Je pense que ce sera le cas, jusqu'à ce que nous puissions voir des progrès en Europe avec la baisse de l'épidémie et l'augmentation des taux de vaccination en Europe."

Interrogé sur les tests supplémentaires des personnes entrant, il a déclaré que les tests de flux latéral «  ne détectent pas tous les cas, mais ils détectent les cas les plus infectieux, et c'est une intervention de santé publique très, très importante ''.

Sur la question des certificats de vaccination et des passeports, il a déclaré qu'il pensait qu'ils pourraient franchir la ligne «  des libertés individuelles et de la santé publique '', ajoutant que «  la santé publique fonctionne quand il y a confiance et quand les gens veulent faire des choses qui sont leurs intérêts, et dans l'intérêt de leur communauté, de leurs familles et de leur société ».

M. Hancock a déclaré cet après-midi que l'objectif du gouvernement "est d'être prudent mais irréversible".

Il a déclaré à la Chambre des communes: «Je dois dire à la Chambre que, bien que je sois toujours optimiste par nature, il reste des pistes de prudence.

«Les cas augmentent dans certaines régions et ils augmentent chez les moins de 18 ans. Les premiers signes d'aplatissement des cas se manifestent également parmi la population en âge de travailler.

«Je suis ravi que l'utilisation du vaccin soit désormais de 95% chez les plus de 60 ans et que la protection contre le décès dû au vaccin soit d'environ 85%. Ces deux chiffres, 95% de taux de participation et 85% de protection, sont tous deux supérieurs à ce que nous aurions pu espérer.

«  Mais si nous sommes convaincus que nous avons rompu le lien entre le nombre de cas et les hospitalisations et les décès qui ont inévitablement suivi auparavant, aucun vaccin n'est parfait et le taux de recours n'est pas à 100%.

«  Donc, ce lien, lorsqu'il est rompu, n'est pas encore rompu. Les nouvelles variantes restent également un risque car nous ne connaissons pas encore avec certitude l'impact du vaccin contre les nouvelles variantes.

Boris Johnson admet que les passeports vaccinaux «  pourraient avoir un rôle à jouer '', mais pas avant que «  tout le monde '' ne se voie offrir un coup et n'empêchera pas l'ouverture des jardins de bière le 12 avril – alors que les pubs se révoltent contre l'idée «  absurde '' (malgré six buveurs sur 10) il)

Boris Johnson a admis que les passeports vaccinaux «  pourraient avoir un rôle à jouer '' – mais pas tant que «  tout le monde '' ne se verra pas offrir un coup.

Le Premier ministre a déclaré que le résultat de l'examen des certificats de santé relatifs aux coronavirus peut être attendu d'ici le 12 avril, bien qu'il ne soit peut-être pas possible de les déployer tant que tout le monde n'aura pas reçu une dose.

Il a ajouté que cela devait être fait avec soin car certaines personnes ont des raisons médicales de ne pas pouvoir se faire piéger et qu'il y a des «complexités morales» et des «problèmes éthiques».

Les propriétaires et les brasseurs se sont révoltés aujourd'hui contre les projets de passeports vaccinaux pour les pubs après qu'il a été révélé que les lieux d'accueil pourraient être autorisés à interdire les clients qui ne peuvent pas prouver qu'ils ont eu un coup Covid ou un test négatif.

m Johnson avait déclaré hier aux députés que les propriétaires pourraient être autorisés à imposer des conditions d'entrée strictes aux buveurs – et des sources gouvernementales ont confirmé que cela faisait partie d'un examen officiel des passeports vaccinaux.

Lors de sa visite à la garderie Monkey Puzzle Day à Greenford, dans l'ouest de Londres, aujourd'hui, M. Johnson a déclaré à Sky News: «  De toute évidence, nous examinons les problèmes soulevés par la certification de vaccination – que pouvez-vous faire?

«Maintenant, dans l'aviation, il est clair que de nombreux pays envisagent d'utiliser une sorte de passeport vaccinal, et je pense qu'il y a trois éléments de base.

«  Il y a le vaccin, il y a votre immunité que vous pourriez avoir après avoir eu Covid, et puis il y a les tests. Il y a donc trois choses qui pourraient fonctionner ensemble.

«Aucune décision n'a été prise du tout. Une chose que je vais préciser, c'est que rien de tout cela ne s'appliquera de toute évidence le 12 avril, alors que tout sera de toute façon à l'extérieur. Donc, quoi qu'il arrive le 12 avril ne sera pas affecté.

«Toutes sortes de choses sont envisagées. Ce que nous voulons faire, c'est déployer le programme de vaccination et voir ce que cela crée en termes de résistance générale au virus. Et je pense qu'il y aura un rôle pour la certification.

«Ce que nous avons dit, c'est que nous rendrons compte des travaux du groupe de certification début avril, soit le 5 avril, soit le 12 avril.

«  Je pense que nous devons réfléchir attentivement aux problèmes – comme je l'ai déjà dit, il y a beaucoup de problèmes difficiles car il y a des personnes qui, pour des raisons médicales, ne peuvent pas se faire vacciner, les femmes enceintes ne peuvent pas se faire vacciner à le moment.

«  Vous devez faire attention à la façon dont vous faites cela, vous ne pourrez peut-être mettre en œuvre un programme complet de passeport de vaccination que si vous vouliez une telle chose, dans le contexte où absolument tout le monde s'était vu offrir un vaccin. '

Les patrons de l'industrie à travers la Grande-Bretagne ont déclaré que l'idée de pubs était «  absurde '' et «  irréalisable '' et ont signalé qu'ils ne demanderaient pas aux clients la preuve qu'ils avaient été vaccinés ou qu'ils n'étaient pas concernés. coronavirus.

Les pubs pourraient même être confrontés au choix entre être à moitié pleins avec des mesures de distanciation sociale en place – ou utiliser des certificats de vaccins pour pouvoir ouvrir à pleine capacité, a déclaré une source gouvernementale au Times.

Cela survient au moment où le déploiement des vaccins commence à ralentir en raison de problèmes d'approvisionnement.

Les plus jeunes font maintenant face à une attente plus longue et certains centres de vaccination indiquent déjà qu'ils fermeront temporairement le mois prochain.

Quelque 28 327 873 adultes ont reçu une première dose du vaccin, et 2 363 684 autres ont été entièrement vaccinés.

Mais un manque de cinq millions de jabs de l'Inde et la nécessité de retester 1,7 million de doses signifie que le déploiement ralentira en avril.

Les scientifiques pourraient recommander le déploiement de passeports vaccinaux pour encourager les gens à recevoir le vaccin, mais on craint également que les certificats ne conduisent à une discrimination indirecte parmi les groupes ethniques où le taux de participation est faible.

Des passeports vaccinaux «  passe-vert '' ont déjà été déployés en Israël, qui a eu une réponse mondiale à la pandémie avec plus de la moitié de ses 9,2 millions de personnes ayant déjà reçu les deux doses d'un vaccin Covid-19.

Les Britanniques qui cherchent désespérément une pinte après le verrouillage dans leur café en plein air local sont confrontés à une énorme lutte pour obtenir une table lorsque les sièges extérieurs rouvriront à partir du 12 avril – certains pubs étant désormais réservés depuis des mois.

Cependant, toutes les chaînes n'opèrent pas de système de réservation, Wetherspoon ouvrant 394 de ses jardins en plein air ou terrasses sur la base du premier arrivé, premier servi.

Pendant ce temps, un sondage MailOnline – où Redfield et Wilton Strategies ont demandé à 1500 électeurs – a révélé que 59% des gens seraient favorables et 19% s'opposeraient à des entreprises telles que les pubs utilisant des passeports vaccinaux.

Le Premier ministre Boris Johnson marche dans Downing Street à Londres plus tôt ce matin avec sa boîte rouge avant de se rendre à l'école de l'ouest de Londres

Le Premier ministre Boris Johnson marche dans Downing Street à Londres plus tôt ce matin avec sa boîte rouge avant de se rendre à l'école de l'ouest de Londres

Le brasseur Shepherd Neame, basé à Faversham, compte 320 pubs dans le sud-est, dont le Old Neptune à Whitstable, dans le Kent.

Le brasseur Shepherd Neame, basé à Faversham, compte 320 pubs dans le sud-est, dont le Old Neptune à Whitstable, dans le Kent.

Deltic Group, qui est le plus grand opérateur de discothèques de Grande-Bretagne, possède la discothèque Pryzm à Kingston, dans le sud-ouest de Londres

Deltic Group, qui est le plus grand opérateur de discothèques de Grande-Bretagne, possède la discothèque Pryzm à Kingston, dans le sud-ouest de Londres

Michael Gove a déclaré aujourd'hui qu'un système pour entrer dans les lieux d'accueil qui reposait uniquement sur le statut vaccinal «ne serait pas approprié».

Le député conservateur William Wragg de Hazel Grove – a demandé aux Communes: «  Est-ce que (M. Gove) est toujours d'accord avec lui-même dans son opposition à la certification du vaccin Covid pour assister au pub, comme il l'a exprimé récemment sur Sky News? ''

M. Gove a répondu: «  La cohérence est souvent le clou des petits esprits. Mais mon opinion sur cette question est cohérente – qu’un système reposant uniquement sur la vaccination ne serait pas approprié.

«  Mais ce qui serait juste, c'était un système qui garantissait que nous pourrions ouvrir notre économie au maximum qui tienne compte à la fois du statut vaccinal, mais aussi du statut de test récent et même potentiellement du statut d'anticorps.

«Mais la meilleure chose à faire est de se laisser guider par des conseils scientifiques et cliniques, puis de les soumettre à un questionnement éthique approprié, rigoureux, plutôt que d'adopter une approche instinctive immédiate, prête à l'emploi.

Cela fait suite au déploiement troublé du programme britannique de test et de traçage de 22 milliards de livres sterling, avec un groupe de députés multipartites affirmant il y a quinze jours qu'il n'y avait «  aucune preuve claire '' qu'il avait contribué à une réduction des niveaux d'infection à coronavirus.

Il y a plus de dix ans, une campagne a été lancée pour empêcher le gouvernement de Tony Blair d'introduire des cartes d'identité, qui ont été abandonnées par la coalition conservatrice / libérale en 2010 après avoir été perçues comme une violation des libertés civiles.

Samedi, les ministres ont annoncé une décision permettant à tous les pubs et restaurants d'ériger des chapiteaux sur leur propriété sans autorisation de planification pour aider à stimuler le commerce – mais le patron de Wetherspoon, Tim Martin, a appelé cela «  entièrement aboyant ''.

À quoi pourrait ressembler un passeport vaccinal contre les coronavirus pour les Britanniques

À quoi pourrait ressembler un passeport vaccinal contre les coronavirus pour les Britanniques

Le service extérieur devrait reprendre pour les pubs le 12 avril, et le gouvernement prévoit de passer au service à table uniquement à l'intérieur le 17 mai, et à une réouverture complète le 21 juin, alors qu'on espère que toutes les règles juridiques de Covid-19 seront levées.

Parmi eux se trouvait Jonathan Neame, directeur général du groupe de pubs Shepherd Neame basé dans le Kent, qui a déclaré qu'il ne ferait pas du vaccin contre le coronavirus une condition obligatoire pour que les gens entrent dans ses pubs.

M. Neame, s'exprimant ce matin dans l'émission Today de BBC Radio 4, a déclaré: «L'essence même d'un pub est qu'il s'agit d'environnements diversifiés et inclusifs, où tout le monde, et les familles en particulier, sont les bienvenus.

«  Je veux dire, imaginez une scène où une famille se reconnecte pour la première fois après cette crise, où grand-père a oublié son certificat de vaccination, maman est enceinte et les enfants sont trop jeunes pour l'avoir encore eu. Qui va porter le jugement sur la porte pour refuser qui ou quoi à cette occasion? Je pense aussi … qu'il y a des problèmes de discrimination.

«  Je pense que c'est tout à fait correct d'exclure des personnes en situation de mauvais comportement ou d'ivresse, et c'est déjà inscrit dans la loi, mais si vous allez exclure des personnes pour ce qu'elles sont, ou pour ce qu'elles n'ont pas fait, c'est un une question totalement différente qui touche à la discrimination, aux libertés civiles et, dans ce cas, aux problèmes de protection des données ».

M. Neame a également déclaré que faire de la vaccination une condition préalable obligatoire pour fréquenter un pub est «  une idée assez mal réfléchie '' qui pourrait conduire le jeune personnel à faire face à l'intimidation des clients.

Il a déclaré à BBC Radio 4: «  Je suis très préoccupé par la pression que nous mettons sur nos jeunes – 50% des personnes (qui travaillent) dans les pubs ont moins de 25 ans – vous allez les forcer à porter des jugements très difficiles, parce qu'ils ne sont pas qualifiés ou formés comme personnel de porte, comme ils pourraient l'être dans le secteur des boîtes de nuit.

'So those people might therefore be subject to intimidation, if people think they are being unfairly discriminated against, and then there's the question about who's going to enforce this – are police going to do random checks? I don't think so, I don't think that's the society we want.'

He added: 'This is a fraught with difficulty I think, and it is, in my view, a fairly poorly thought-out idea at this stage.'

Patrick Dardis, chief executive of Young's, said: 'We do not support this idea. It is unworkable and the Government should stay clear of it. The Government should focus on encouraging people to enjoy their summer holidays in the UK instead of going abroad.

'This will be a far greater benefit to the economy than opening up the huge risk of bringing Covid variants back to the UK from abroad. It is exactly how the pandemic came to the UK in the first place. We need to ensure mistakes of the past are not repeated.'

The chief executive of Greene King, Nick Mackenzie, said: 'Barring entry to customers who haven't had a vaccine would be totally unworkable, add significant cost and make pubs unviable at a time when the industry is planning to start to rebuild after all restrictions are removed from June 21, as detailed in the Government's road map.

'Such a move would be impractical, could be discriminatory and it's unacceptable for our team members, half of whom are under 25, to have to police these measures and deal with the fallout from the significant number of customers who won't have received a vaccine.

'Our industry needs certainty as we work towards a phased and safe reopening from April 12.

'Floating proposals without consultation and full consideration of the implications is disappointing and has a huge impact on the people who work in pubs and just want to get back to serving customers. It's vital the Government sticks to its timetable with a full, unrestricted reopening from June 21.

'While a vaccine passport system may be workable for international travel and large-scale events, it would be devastating for pubs.'

Boris Johnson spoke about vaccine certificates today while at the Monkey Puzzle Day Nursery in Greenford, West London

Boris Johnson spoke about vaccine certificates today while at the Monkey Puzzle Day Nursery in Greenford, West London

Clive Watson, founder of City Pub Group, said that introducing mandatory vaccines to pubs would be 'absolutely chaotic and discriminatory'. He said: 'If you can't require all hauliers coming into the country to have vaccine passports it is mad to suggest someone might need one to go to the pub.

'It's discriminatory and a lot of people, including myself, have had a vaccine but haven't got a way to immediately prove it. The paperwork would be an absolute nightmare.'

Mr Watson added that around 90 per cent of his workforce are under 40 and it would therefore 'not work operationally either'.

Pub landlady Mop Draper, from The Compass Inn in Winsor, Hampshire, said the plan was 'unfair', telling ITV's Good Morning Britain: 'You are excluding probably everybody under the age of 40 because by April 12 not everybody's going to have had their vaccine, so you really minimise how many people will be having to come out to the pub.'

But she added: 'I would later on, when nearly everybody in the country has had their vaccine, it would be a sensible thing to do, because you've got to protect all your staff, and obviously your customers, but you can't possibly at the moment because you're excluding too many people.'

However, Peter Marks, chief executive of the Deltic Group, which is Britain's largest nightclub operator, said young people would 'probably accept' the idea because they already carry ID to get into his venues.

He told BBC Radio 4: 'It could work for us, strangely. I know a lot of publicans wouldn't agree with me because they would hate to have this put on their toes, as it were.

'But for us, our demographic would probably accept it. It's a young customer base for us. They already walk around with ID such as driving licence and passports to get into a lot of our venues, and I don't think they'd have a problem with it.'I'd have one other problem though, and that is that isn't this going to stick another six to eight weeks on before we get chance to open? But I think it's a market forces thing for us, to be honest.'

Yesterday, Mr Johnson told the MPs that vaccine certification should not be 'totally alien to us' – a stance at odds with statements from some of his ministers that Covid passports were 'discriminatory'.

This morning, Labour shadow business secretary Ed Miliband said Ministers should not leave the use of vaccine passports to the 'discretion' of pub landlords if they thought it was the right move for public health.

Put to him on ITV's Good Morning Britain that scientists might recommend the rollout of vaccine passports to encourage people to take up the offer of a jab, Mr Miliband said: 'Maybe. I don't think that's really the thing that is going to persuade people to get the vaccine.

'I think we've done brilliantly in this country at rolling out the vaccine and people taking up the vaccine and the key thing is a campaign of persuasion for people to take up the vaccine.

'That is the biggest priority.

'Now, if the Government has got evidence that this is necessary for people to go to hospitality venues, let's look at that evidence.

'That isn't quite what the Prime Minister said yesterday.

'And indeed if it was necessary, why would you be leaving it up to individual landlords?

'If this was really a public health measure, you wouldn't be saying, 'Well, it is going to be a landlord discretion' – you'd be saying, 'This is the Government's view, this is what's safe'.

'So there are many, many unanswered questions about this.'

Conservative MP David Davis claimed that a vaccine certificate plan could see 'indirect discrimination' among groups where uptake of the jab is low.

He said: 'The impact of this would be discriminatory. Under the law it would be indirectly discriminatory and that is illegal. You may well find that black and ethnic minority communities are less inclined to get vaccinated, well that would be indirect discrimination.'

Earlier this week, the former minister told the i newspaper that the plans for vaccine passports were driven by the commercial interests of football clubs and entertainment businesses rather than for the benefit of the public.

Mr Davis, who was at the forefront of the successful campaign to stop the Tony Blair government introducing ID cards in the 2000s, said he feared vaccine passports would be linked to an NHS medical ID card that could contain sensitive information about medical history that would violate people's civil liberties.

He added: 'There is a lot of commercial interest pushing this – football club owners, theatre owners. We don't want to give up fundamental civil liberties to meet their requirements.'

Liberal Democrat leader Sir Ed Davey said the Government's 'latest wheeze' on Covid certificates is 'the worst of all worlds'. He added: 'As well as burdening struggling pubs with extra cost, the idea that businesses can voluntarily bar certain customers, who may not even have been offered a vaccine, is deeply illiberal.'

Drinkers outside a pub in London's Soho on October 17, 2020, the first day after the capital was put into Tier Two restrictions

Drinkers outside a pub in London's Soho on October 17, 2020, the first day after the capital was put into Tier Two restrictions

Human rights barrister Adam Wagner told his podcast Better Human: 'We have a long legal tradition in this country that we don't coerce competent people to have any kind of medical treatment over their objections. There are some controversial exceptions to that around mental health and so.

'And I think there's no appetite for mandating vaccines. But there's a certain point where if you raise the incentives high enough, incentivising starts to edge over into coercion.

'We have to think about the exact nature of these, the uses of these measures to think about whether we're edging into something that approximates coercion.'

And Gracie Bradley, interim director of Liberty, told ITV's Good Morning Britain today: 'This is a pretty worrying road to be going down, and I think the reality is now the Government has just been flip-flopping.

'We've had yes vaccine passports, no vaccine passports, Ministers contradicting one another. We've got a review underway by Michael Gove, but at the same time the Government's already said oh yes, we'll use it to open up stadiums, maybe we'll use it to open up pubs.

'And I think it's a real failure of responsibility and it really reminds me actually of the start of the pandemic when the Government told people not to go to pubs, but didn't tell pubs to close, pub landlords were left in a really difficult position.

'And the reality is with vaccine passports is that there's really significant human rights and equality issues at play here, and it shouldn't just be left to individual business owners to try to figure those things out.'

And Silkie Carlo, director of Big Brother Watch, told MailOnline: 'The Prime Minister is casually steering us into a society that requires papers just to go to the pub. This is a heinous, coercive and discriminatory vision of segregated life after lockdown that millions of us will reject, whether at pub doors or the ballot box.

'Big Brother Watch will fight Covid passes tooth and nail. To even entertain the idea of a vaccine pass for the pub is Orwellian madness. Boris Johnson has become the most authoritarian Prime Minister in living memory. If he does not draw the line at Covid passports, I shudder to think what's next.'

Tom Stainer, chief executive of the Campaign for Real Ale, said: 'Inviting individual licensees to make a decision on vaccination passports is likely to create confusion among customers and potentially discriminate against those who – at the time pubs are due to reopen – may not have been offered a vaccine.

'Pubs have already shown they are one of the safest places to socialise and unless the government is offering additional support, or earlier and full reopening, in return for requiring vaccination passports, it's difficult to see the advantage for licensees or customers.'

Also today, a Government minister suggested that the possibility of allowing the use of vaccine passports to for pubs and other venues was outlined as part of the Prime Minister's road map for lockdown easing.

Children's minister Vicky Ford was asked today why Boris Johnson appeared to U-turn on vaccine passports during his appearance before the Liaison Committee yesterday.

She told Sky News: 'When we set out the road map way back in February to show us the way out of this lockdown, one of the things we said was that there would be reviews of different situations and there was always in that road map a review of the certifications (of having received a vaccine) and use of testing.

'And that review – which looks at how you would use vaccines, how you would use testing to keep settings safe when we go to that widest reopening – that is due before the fourth stage of the lockdown, so it has always been very clear we would be looking at all the different measures in order to take that really widest step.'

David Davis claims vaccine passports could discriminate against minority communities

Conservative MP David Davis

Conservative MP David Davis

A former minister has claimed that vaccine passports would be 'illegal' and could discriminate against minority communities.

David Davis suggested that any plan could face a legal challenge because it would not be fair to those who are reluctant to take up the vaccine.

The Government is consulting on whether to introduce a certification system which could also include details on Covid-19 test results. Ministers are reviewing whether certificates could play a role in reopening the economy by reducing restrictions on social contact and improving safety.

But Mr Davis told MPs: 'The impact of this would be discriminatory. Under the law, it would be indirectly discriminatory and that is illegal.

'You may well find, it has been said, that black and ethnic minority communities are less inclined to get vaccinated; well that would be indirect discrimination.'

He said that the Government should be prepared to subject any plans it has for vaccine passports to full parliamentary scrutiny.

Younger people were also less likely to have the jab and 'some people have ethical or religious objections', he told the Public Administration and Constitutional Affairs Committee on Tuesday. 'There are a variety of good reasons for people not to take a vaccine. I've had a vaccine and I think most of the reasons are not ones I would subscribe to. But people have that freedom. What this proposal does is, in effect, coerce those people.'

He said that if the Government decided to introduce the certificates it should be prepared to table a new law which would go through the full scrutiny process of both Houses of Parliament, rather than as a piece of secondary legislation. 'If we do this it should be primary legislation because it is so serious,' he said.

The former minister suggested that the move was being pushed by officials in Whitehall who had long backed some form of identity documentation.

'It seems to me that we are creating a permanent solution for a temporary problem,' Mr Davis said. 'We know that Whitehall loves the concept of identity management, loves the concept of having control of this data.'

But it would be 'very antagonistic to our national traditions' in Britain, he said.

He also played down the reason for introducing the measures, arguing they were aimed at protecting people who declined the offer of a vaccine rather than society as a whole.

Mrs Ford said she wanted to wait to see the results of the Government's taskforce review into vaccine passports before expressing an opinion on their use in Britain.

She told LBC radio: 'Obviously I want to get back to the pub with my friends as much as everybody else. I know there has been a lot of focus on this today.'

Pressed on whether she agreed with asking people to show a Covid status certificate, she added: 'I think we need to wait for that review.

'It has lots of ethical questions, etc, but it is being done, it has been promised that that will be there before that final stage of the lockdown in June.

'It will look at testing and whether or not you should prove you have been tested recently, as well as other things.'

Covid Recovery Group chairman Mark Harper said the vaccination programme should signal a return to normality rather than lead to people being required to show proof of vaccination to access hospitality venues.

Speaking to Sky News about vaccine passports, he said: 'I actually agree with the Prime Minister – that is the Prime Minister of February when he said that he didn't think there was a case for expecting people to show papers to go to the pub and said there were very significant problems with ethical, moral questions about this issue. I've heard some heads of pub chains this morning set out some of those significant problems.

'The key way we are going to deal with this issue is by vaccinating people, and we've already almost finished vaccinating, with their first doses, the top nine groups who are most vulnerable, who account for 99 per cent of those who died of Covid and over 80 per cent of the hospitalisations. That's how we get out of this.'

Yesterday, the Prime Minister was asked about the idea of vaccine passports or certificates being required for entry to a pub at a meeting of the Commons liaison committee.

He said: 'That's the kind of thing – it may be up to individual publicans, it may be up to the landlord.

'The basic concept of vaccine certification should not be totally alien to us because when you're entrusted with the care of a patient and, say you're a surgeon, you're expected to have a vaccination against hepatitis B. The principle is there.'

But William Lees-Jones of JW Lees, which has 42 pubs and hotels, said: 'Vaccine passports are un-British – the Europeans might carry identity, but we've never done it, and I think it brings in a whole new level of bureaucracy.

'I wouldn't require my customers to have a vaccine passport. The industry needs to recover, and from June 21 there will be no restrictions in our pubs anyway.

'We're happy to show a passport getting on an airplane, it's reassuring, but the fundamental of a pub is you can walk in, order a drink, and feel at ease. If the Government mandates this, it will be on thin ice.'

Dermot King of Oakman Inns, which has 34 pubs, said his 'gut reaction' was that he would not require a vaccine passport, but said he would consider it if it allowed restrictions to be dropped early.

He added: 'It would be a lot of administration, and undoubtedly we'd have to keep records and send them. If customers felt safer going out and didn't have to put up with the same restrictions once they'd produced a passport, then it could be worth it. Without those it's just another barrier.'

Kate Nicholls of UK Hospitality insisted that visiting a pub, cafe or restaurant should not be subject to vaccination certification.

An woman from Hartlepool receives the AstraZeneca/Oxford University Covid-19 vaccine in Middlesbrough on Monday

An woman from Hartlepool receives the AstraZeneca/Oxford University Covid-19 vaccine in Middlesbrough on Monday

She added: 'It is simply unworkable, would cause conflict between staff and customers and almost certainty result in breaches of equality rules.

'Through the success of the vaccine rollout we need to throw off the shackles of coronavirus in line with the Government's roadmap – not impose more checks on our ability to socialise and do business.'

Emma McClarkin, chief executive of the British Beer and Pub Association, said: 'Our sector has already gone to extraordinary lengths to prepare for reopening and we do not believe a requirement for pubs to check whether someone has had the vaccine would be appropriate or necessary.

'We will continue to work closely with the Government in developing guidelines for a safe and sustainable reopening in April and May.'

And Greg Mulholland, campaign director for the Campaign for Pubs, warned that the idea of pubs policing whether people have been vaccinated was 'both unfair and also absurd'.

He said: 'Pubs up and down the country have been without income for many months and already have the real challenge of reopening with restrictions like outdoors only opening and table service, things which make it difficult for many pubs to actually make a living.

'So to now even suggest that pubs might take on the role of policing whether people have been vaccinated is both unfair and also absurd.

'Table service already means pubs having to take on more staff, despite less trade, so to have to take on door staff to check people's vaccination history would be simply unviable, as well as alienating customers.

'Pubs and publicans have shown they are keen to help with the fight against Covid-19 and operated test and trace before the UK Government actually got its act together.

'Licensees and staff are ready to open safely and sensibly get back to being vitally important community hubs, but if the Government really want vaccine passports, then they need to organise this and not try to push the responsibility onto hardworking publicans who still have several challenging months ahead until pubs can open normally again'.

James Almond, whose family runs four pubs around Manchester, said: 'I don't think we would be asking people. I'm confident our pubs are safe without the vaccine passport.

'It's too offensive, our industry needs to be hospitable to win back confidence and asking for a passport on arrival is not hospitable. You don't need a vaccine passport to show you haven't got Covid – the rest of us are walking around without it too.'

Steve Baker, deputy chairman of the 70-strong Covid Recovery Group of Tory MPs, urged Mr Johnson to 'not fall into this ghastly trap' of demanding 'papers for the pub'.

He added: 'The Prime Minister began to tread a dangerous path when he opened the door to domestic Covid certificates.

'First they said we'll need them to watch the football, and today that it may be papers for the pub. Whether the state legislates for it, recommends it, or simply allows it the result will be the same: a two-tier Britain.'

Cabinet Office minister Michael Gove is considering what requirements hospitality venues could introduce as part of a review into the potential use of vaccine certificates.

It is due to report back in June but a decision could come before May 17 when pubs and restaurants will be allowed to serve indoors again.

.(tagsToTranslate)dailymail(t)news(t)Matt Hancock(t)UK Politics(t)UK Government News and updates on the British Cabinet(t)Boris Johnson(t)Conservatives(t)Coronavirus Lockdowns

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.