Côte d’Ivoire: cinq morts dans le crash d’un hélicoptère antichar

libre info france

Afrique

URL courte

L’armée ivoirienne a annoncé le crash d’un hélicoptère Mil Mi-24, engagé dans une opération de reconnaissance dans le nord du pays, où évoluent des groupes terroristes. Un expert explique à Sputnik que la principale vocation de cet appareil est essentiellement la destruction des chars et non les missions de reconnaissance.

Dans la nuit de jeudi 9 au vendredi 10 septembre, l’équipage d’un des six Mi-24 des forces aériennes ivoiriennes ne répondait plus. L’hélicoptère d’attaque au sol était en mission de reconnaissance, dans un fief terroriste au nord du pays.

Finalement, les autorités militaires ont annoncé que «cinq personnes à bord de l’hélicoptère MI-24 de l’armée ivoirienne, en mission de reconnaissance dans le Nord du pays,[avaient] été tuées aprèsle crash qui a eu lieu dans la nuit de jeudi 09 à vendredi 10 septembre 2021 à deux kilomètres de la ligne frontalière dans la localité de Togolokaye, dans le département de Téhini», indique une dépêche de l’Agence ivoirienne de presse (AIP), datée du 11 septembre.

Le chef d’état-major général des armées, le général Lassina Doumbia, a présenté ses condoléances aux familles des disparus, en indiquant qu’une enquête avait été ouverte pour déterminer les circonstances de ce drame, poursuit la dépêche du média d’État ivoirien.

L’appareil avait été appelé en renfort dans la région de Ferkessédougou (570 km au nord d’Abidjan), zone frontalière avec le Mali et le Burkina Faso, pour contenir une attaque terroriste et appuyer des troupes au sol. L’armée a envoyé des unités au sol pour retrouver l’équipage. La Côte d’Ivoire a acquis auprès du constructeur russe Mil une flotte de 6 aéronefs de ce type, récemment cité parmi les hélicoptères de combat les plus performants au monde. Les premiers ont été livrés en 2017.

L’armée ivoirienne a déjà perdu lors de crashs deux Mi-24 qui ont ensuite été remplacés.
Contacté par Sputnik, Akram Kharief, journaliste spécialisé en défense et responsable du site Menadefense, explique que l’appareil n’est pas réellement destiné au type de mission pour lesquelles l’emploie l’armée ivoirienne.

«Le MI-24 n’est pas spécialement fait pour la reconnaissance ; c’est un hélicoptère assez instable qui est fait pour la lutte antichar. Le crash s’est produit dans le triangle frontalier avec le Burkina Faso et le Mali où évoluent la fois la Katiba Macina et la Katiba Gourma (affiliées au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, le GSIM*) ainsi que des terroristes de l’État islamique* dans le grand Sahara (EIGS)», souligne le journaliste.

La Côte d’Ivoire est la cible de groupes terroristes depuis 2016, année du premier attentat commis sur le territoire de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Le dimanche 13 mars 2016, des hommes armés de fusils automatiques et de grenades ont ouvert le feu contre des touristes dans la ville balnéaire de Grand-Bassam. Revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique* (AQMI), l’attaque a coûté la vie à 33 personnes, dont de nombreux touristes occidentaux. C’est à partir de cet évènement que les autorités ivoiriennes ont pris conscience de la nécessité de mettre en œuvre une stratégie antiterroriste.

Outre l’achat d’équipements militaires pour mener cette lutte, Abidjan a également créé l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT), à Jacqueville, à 60 kilomètres à l’ouest de la capitale. A noter que depuis 2020, des groupes armés en multiplié les incursions sur le territoire ivoirien. En juin 2020, 14 militaires ont été tués dans une embuscade. Le samedi 12 juin 2021, une patrouille militaire a été la cible d’une attaque de terroristes en provenance du Burkina Faso qui a fait trois morts et quatre blessés.

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.