Comme les restrictions COVID ont été levées en mars, il en a été de même pour les emplois (+916000) et le nombre d'employés (+609000)

Un panneau à l'entrée du parc à thème Six Flags Magic Mountain accueille le public le jour de la réouverture du parc, le 1er avril 2021, à Valence, en Californie. (Photo par VALERIE MACON / AFP via Getty Images)

Un panneau à l'entrée du parc à thème Six Flags Magic Mountain accueille le public le jour de la réouverture du parc, le 1er avril 2021, à Valence, en Californie. (Photo par VALERIE MACON / AFP via Getty Images)

(CNSNews.com) – Alors que de plus en plus de villes et d'États rouvrent, le nombre d'emplois créés et le nombre d'Américains employés continuent d'augmenter considérablement.

En mars, selon le Bureau of Labor Statistics, l'économie a ajouté un énorme 916 000 emplois, contre +468 000 (révisé) en février.

Et le nombre d'Américains employés – ceux qui avaient un emploi ou qui en recherchaient activement un – a augmenté pour le 11e mois consécutif, à 150 848 000, soit un gain de 609 000 par rapport à février.

Dans le même temps, le nombre d'Américains au chômage a également chuté de 262 000 à 9 710 000, ce qui a fait baisser le taux de chômage de deux dixièmes de point à 6,0%. C'est moins de la moitié du taux de chômage record de 14,8% établi il y a un an en avril.

En mars, la population civile non institutionnelle aux États-Unis était de 261 003 000 personnes. Cela incluait toutes les personnes de 16 ans et plus qui ne vivaient pas dans un établissement, comme une prison, une maison de soins infirmiers ou un établissement de soins de longue durée.

Sur cette population civile non institutionnelle, 160 558 000 faisaient partie de la population active, ce qui signifie qu'ils avaient un emploi ou en cherchaient activement un au cours du dernier mois. Cela s'est traduit par un taux d'activité de 61,5% en mars, un dixième de point de plus qu'en février et un pas dans la bonne direction.

Le nombre d'Américains comptés comme inactifs, c'est-à-dire qu'ils n'avaient pas d'emploi et n'en cherchaient pas un – a chuté à 100 445 000 en mars, contre 100 708 000 en février; mais ce nombre de non-actifs est de 3 408 000 de plus qu'il ne l'était en mars 2020, lorsque la fermeture économique partielle a commencé.

Parmi les principaux groupes de travailleurs, le taux de chômage des Asiatiques est passé à 6,0% en mars, après une baisse le mois précédent. Le taux de chômage des Hispaniques a légèrement baissé à 7,9% au cours du mois, tandis que les taux des hommes adultes (5,8%), des femmes adultes (5,7%), des adolescents (13,0%), des Blancs (5,4%) et des Noirs (9,6%) peu changé.

'État de notre marché du travail'

Dans un Discours du 10 février 2021 au Club économique de New York, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a évoqué «l'état de notre marché du travail».

Il a déclaré que le taux de chômage pendant le COVID – tel que publié par BLS – a «considérablement sous-estimé la détérioration du marché du travail».

«Plus important encore, la pandémie a entraîné la plus forte baisse sur 12 mois de l'activité sur le marché du travail depuis au moins 1948. Peur du virus et disparition des opportunités d'emploi dans les secteurs les plus touchés par celui-ci, tels que les restaurants, les hôtels et les divertissements. Dans le même temps, la scolarité virtuelle a contraint de nombreux parents à quitter le marché du travail pour s'occuper de leurs enfants toute la journée.

En outre, a déclaré Powell, le Bureau of Labor Statistics rapporte que de nombreux chômeurs ont été classés à tort comme employés. Si ces erreurs de classification étaient corrigées, les taux de chômage des derniers mois seraient plus proches de 10%, a-t-il déclaré.

Powell a noté que les taux de chômage des Noirs et des Hispaniques ont augmenté beaucoup plus que pour les Blancs depuis février 2020. "En conséquence, les disparités économiques déjà trop importantes se sont encore creusées", a-t-il déclaré.

"Depuis le début de la pandémie, nous sommes préoccupés par ses effets à long terme sur le marché du travail. Des périodes prolongées de chômage peuvent infliger des dommages persistants aux vies et aux moyens de subsistance tout en érodant la capacité de production de l'économie."

Le retour au plein emploi ne sera pas facile, a déclaré Powell, indiquant que cela ne se produira qu'après la fin de la pandémie.

Même dans ce cas, a-t-il dit, les travailleurs et les ménages en difficulté auront probablement besoin d'un soutien continu. "Il en va de même pour de nombreuses petites entreprises qui sont susceptibles de prospérer à nouveau une fois la pandémie derrière nous."

Powell a déclaré que la Réserve fédérale est "fermement résolue à faire tout ce que nous pouvons" pour promouvoir un emploi maximal.

Mais l'effort va au-delà de la Réserve fédérale, a-t-il ajouté:

Étant donné le nombre de personnes qui ont perdu leur emploi et la probabilité que certaines d'entre elles aient du mal à trouver du travail dans l'économie post-pandémique, atteindre et maintenir un emploi maximal exigera plus qu'une politique monétaire de soutien. Cela exigera un engagement à l'échelle de la société, avec des contributions de l'ensemble du gouvernement et du secteur privé.

Les avantages potentiels d'investir dans la main-d'œuvre de notre pays sont immenses. Un emploi stable fournit plus qu'un chèque de paie régulier. Il confère également un sens du but, améliore la santé mentale, augmente la durée de vie et profite aux travailleurs et à leur famille.

Je suis convaincu que grâce à nos efforts collectifs au sein du gouvernement et du secteur privé, notre pays fera des progrès soutenus vers notre objectif national de maximiser l'emploi.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.