Combats armés dans la ville kazakhe après que le gouvernement a commencé une opération "contre-terroriste" – rapports

Le président kazakh demande une aide militaire au bloc dirigé par la Russie

Huit policiers et militaires tués, plus de 300 blessés dans les violences de mercredi à ce jour, selon le ministère kazakh de l'Intérieur

Des rapports et des vidéos de tirs intenses proviennent des rues de la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty. C'est après que le gouvernement a lancé une opération « antiterroriste », accusant les groupes formés à l'étranger du chaos dans la ville.

L'opération a été lancée mercredi soir, peu après que le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev ait qualifié les troubles en cours d'un "attaque terroriste" sur le pays. Le président a également déclaré qu'il avait contacté l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie pour obtenir de l'aide afin de maîtriser la situation.

Des images circulant en ligne, prétendument tournées à Almaty, montrent un grand groupe de militaires en tenue anti-émeute marchant au milieu d'une rue, avec de multiples explosions entendues en arrière-plan.

Une autre vidéo montre une rue vide avec deux civils courant pour se mettre à l'abri au milieu de tirs nourris.

Pendant ce temps, les autorités d'Almaty ont déclaré aux médias que bien que des troupes aient été envoyées dans la ville, les « phase active » de l'opération n'aura pas lieu la nuit.

Mercredi, Almaty a été envahie par des manifestations de masse, plusieurs bâtiments gouvernementaux, dont l'ancien palais présidentiel, pris d'assaut et incendiés. L'aéroport de la ville a également été capturé, avec des émeutiers vus incendier des véhicules à l'extérieur de l'installation, ainsi que saccager de l'alcool dans des magasins hors taxes et détruire des guichets automatiques. La plaque tournante des transports aurait depuis été reprise par les forces kazakhes.

Des scènes de pillage généralisé sont arrivées de la plus grande ville kazakhe, avec de nombreux magasins, banques et autres lieux photographiés saccagés vides.

Peu de temps avant le début de la "Anti-terroriste" opération, le ministère de l'Intérieur du pays a fait le point sur les victimes parmi les forces de l'ordre pendant les troubles.

« Quelque 317 policiers et membres de la Garde nationale ont été blessés, huit ont été tués. Les forces de l’ordre prennent actuellement toutes les mesures nécessaires pour empêcher une escalade de la violence », a déclaré le ministère dans un communiqué rapporté par les médias locaux.

Les troubles en cours ont été déclenchés à l'origine par une forte hausse du double des prix du gaz de pétrole liquéfié au début de la nouvelle année, après que le gouvernement a annoncé qu'il ne subventionnerait plus le carburant bon marché largement utilisé, qualifiant la pratique existante d'insoutenable. Cependant, les manifestations initialement pacifiques sont rapidement devenues incontrôlables, devenant de plus en plus politiques et violentes.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.