Blinken : 64 millions de dollars d'aide humanitaire pour l'Afghanistan contrôlé par les talibans n'iront pas aux talibans

Un panneau d'affichage à Kaboul présente de grandes photos du regretté fondateur des talibans Mohammed Omar et du regretté fondateur du réseau Haqqani Jalaluddin Haqqani. (Photo par Aamir Qureshi/AFP via Getty Images)

Un panneau d'affichage à Kaboul présente de grandes photos du regretté fondateur des talibans Mohammed Omar et du regretté fondateur du réseau Haqqani Jalaluddin Haqqani. (Photo par Aamir Qureshi/AFP via Getty Images)

(CNSNews.com) – Le jour où l'administration Biden a promis 64 millions de dollars d'aide humanitaire à l'Afghanistan, des législateurs républicains sceptiques ont demandé au secrétaire d'État Antony Blinken si l'argent pouvait se retrouver entre les mains de terroristes talibans.

« Est-ce la politique des États-Unis d'Amérique de prendre l'argent durement gagné des contribuables et de payer des organisations terroristes ? » Le représentant Scott Perry (R-Pa.) a demandé à Blinken lors d'une audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre sur le retrait de l'Afghanistan.

"Ce n'est pas le cas", a répondu Blinken.

"Ce n'est pas le cas", a répété Perry. « Donc, votre témoignage plus tôt était – c'est que nous envoyons actuellement l'argent des contribuables en Afghanistan pour l'aide humanitaire. À qui envoyons-nous cela ? »

Blinken a déclaré que les fonds iraient aux organisations non gouvernementales (ONG) et aux agences des Nations Unies travaillant sur le terrain – "pas au gouvernement afghan".

Interrogé sur la manière dont l'administration ferait en sorte que l'argent n'atteigne pas le régime taliban, Blinken a déclaré : assurez-vous que l'aide va aux personnes qui en ont besoin.

"Vous avez annoncé aujourd'hui en grande pompe et avec une grande fierté que vous fournissez 64 millions de dollars d'aide humanitaire au peuple afghan", a noté le représentant Greg Steube (R-Fla.).

"Vous ne pouvez même pas faire sortir nos gens du pays", a-t-il déclaré à Blinken. "Mais nous et le peuple américain devons croire que 64 millions de dollars ou de dollars des impôts, à envoyer en Afghanistan, ne tomberont pas entre les mains des talibans ou d'autres organisations terroristes."

L'annonce de la nouvelle aide est intervenue dans une déclaration de l'ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, remise à distance à une réunion ministérielle de haut niveau convoquée par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à Genève sur la crise humanitaire en Afghanistan à la suite de la prise de contrôle des talibans.

« Même avant la récente transition, plus de 18 millions de personnes – près de la moitié de la population afghane – avaient désespérément besoin d'une aide humanitaire », a-t-elle déclaré. « Maintenant, en ce moment où l'aide est encore plus difficile à obtenir et où les femmes et les filles sont particulièrement menacées, le besoin est encore plus grand. »

« Ce financement aidera à fournir une aide alimentaire vitale. Il répondra à des besoins essentiels en matière de santé et de nutrition », a-t-elle déclaré. « Il répondra aux problèmes de protection des femmes, des enfants et des personnes appartenant à des groupes ethniques, minoritaires et autres groupes religieux. Et cela aidera plus d'enfants, y compris les filles, à retourner à l'école.

Thomas-Greenfield a également fait part de ses préoccupations concernant la conduite des talibans concernant les livraisons d'aide.

« Nous avons tous entendu des informations selon lesquelles les talibans entravent et interfèrent dans l'acheminement de l'aide et les efforts de protection, interdisant au personnel féminin de sauver des vies et même d'exiger des représailles contre les personnes bénéficiant de l'aide ou la fournissant », a-t-elle déclaré.

« C'est effrayant et inacceptable et, franchement, déstabilisant pour l'Afghanistan et la région. Cela ne peut pas continuer.

Quatre-vingt-seize États membres de l'ONU ont participé – pour la plupart à distance – à la réunion à Genève, et le chef humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths, a déclaré à la fin que plus de 1,2 milliard de dollars d'aide avaient été promis au total.

Guterres a déclaré aux journalistes par la suite que les talibans avaient assuré par écrit qu'ils respecteraient l'opération humanitaire et garantiraient l'accès – et même fourniraient des escortes de sécurité « lorsqu'il existe des situations d'insécurité qui le justifieraient ».

Il a compris que cela signifiait non seulement « l'acceptation » de la part des talibans, mais aussi « une attitude de soutien ».

Guterres a défendu la décision de s'engager avec le groupe terroriste qui a pris le pouvoir par la force.

« Il est impossible de fournir une aide humanitaire à l'intérieur de l'Afghanistan sans s'engager avec les autorités de facto du pays », a-t-il déclaré.

"Et je pense qu'il est très important de s'engager avec les talibans à l'heure actuelle pour tous les aspects qui concernent la communauté internationale, que ce soit le terrorisme, que ce soit les droits de l'homme, que ce soit la drogue, que ce soit la nature de le gouvernement », a déclaré Guterres. « Notre attitude est de nous engager.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.