Après avoir interdit aux New-Yorkais de célébrer à Times Square, de Blasio célèbre le Nouvel An en dansant à Times Square

Après avoir interdit aux New-Yorkais de célébrer à Times Square, de Blasio célèbre le Nouvel An en dansant à Times Square

Le maire de New York, Bill de Blasio (D) C'était clair: ne venez pas à Times Square pour le réveillon du Nouvel An. Regardez-le à la maison à la télévision. Au cas où quelqu'un passerait à côté, la ville érigeait des barricades pour éloigner les piétons. Les seules personnes autorisées au centre-ville seraient les artistes du spectacle, ainsi que quelques dizaines de travailleurs de première ligne soigneusement sélectionnés.

Bien sûr, ces règles, qui ont été promulguées par le bureau du maire, ne s'appliquaient apparemment pas au maire lui-même, dont le bureau a en fait tweeté des photos du maire dansant avec sa femme à Times Square, qui était étrangement déserte en raison du décret du maire.

Le tweet et la vidéo qui l'accompagne ont suscité une condamnation généralisée sur les médias sociaux, où des milliers de commentateurs en colère ont fustigé le maire pour être le dernier d'une longue lignée de politiciens qui ont visiblement fait étalage des règles COVID-19 imposées au reste de la population.

La météorologue de Fox News, Janice Dean, qui a férocement critiqué la gestion de la pandémie par le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a illustré la plupart des réponses, en tweetant: "Célébrations à Times Square pour moi, mais pas pour toi!"

D'autres ont noté l'incongruité discordante des déclarations publiques de de Blasio sur l'état actuel de la pandémie à New York avec sa célébration ouverte:

Le spectacle était même trop pour réseau libéral CNN, où l'animateur visiblement en état d'ébriété Andy Cohen a réagi aux plans de De Blasio dansant en s'exclamant: "Faites quelque chose avec cette ville! Honnêtement, rassemblez-vous!"

Le co-animateur Anderson Cooper a utilement ajouté: "Dieu. Bonté."

Times Square, étrangement déserté, à New York était l'une des dizaines de scènes de ce genre répétées à travers le monde jeudi soir, à l'exception notoire de Wuhan, en Chine, où le Le gouvernement chinois a autorisé des milliers de personnes à faire la fête dans les rues dans une tentative transparente de renforcer leur faux message de propagande selon lequel ils ont mieux géré la pandémie que les démocraties occidentales.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *